Plan de lutte contre les changements climatiques des libéraux : le remède ne soulage pas efficacement le mal

2017/06/07 -- Catégorie(s) : Articles by Elizabeth, Blogs, Publications

Elizabeth May
June 7, 2017

Commençons d’abord par une évidence : en matière de politique environnementale, le gouvernement Trudeau affiche un meilleur bilan que le gouvernement conservateur sous Stephen Harper. Par contre, cela ne signifie pas qu’on doit laisser les libéraux s’en tirer à bon compte, surtout quand l’avenir de nos enfants est en jeu.

Dans leur programme électoral de 2015, les libéraux ont fait bien peu de promesses en matière de lutte contre les changements climatiques. Ainsi, aucune cible n’a été promise. Les libéraux se sont engagés à ce que M. Trudeau participe aux négociations lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques tenue à Paris (ce qui a été fait), à commencer à travailler avec les provinces à l’élaboration d’un cadre pancanadien dans les 90 jours suivant la ratification de l’Accord de Paris (ce qui a été fait), à mettre fin aux subventions pour les combustibles fossiles (à ce jour, ils ont refusé de fournir au vérificateur général les renseignements requis pour la vérification liée à cette promesse) et à mettre en place une tarification du carbone (ce qui a été fait, en quelque sorte). Ils ont également promis de corriger les failles du processus d’évaluation environnementale du Canada et d’exiger que les projets approuvés aux termes de ce processus boiteux, comme le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, fassent l’objet d’une évaluation environnementale adéquate.

Pendant les deux premiers mois qui ont suivi son élection, en 2015, le gouvernement Trudeau a pris les devants dans la lutte contre les changements climatiques; il a ainsi fait preuve de leadership à Paris, là où il était important pour le Canada de jouer un rôle de premier plan. L’Accord de Paris invite toutes les nations de la planète à collaborer pour faire en sorte que la hausse de la température moyenne dans le monde n’excède pas 1,5 °C et qu’elle demeure assurément inférieure à 2 °C.

Cet objectif de 1,5 °C est très important; si nous le respectons, les îles basses ne seront pas submergées, les pays d’Afrique pourront surmonter les difficultés qui les affligent et le pôle Nord pourrait demeurer couvert de glace tout au long de l’année. Si la température augmente de 2 degrés, il est possible que la calotte glaciaire du Groenland et de l’Antarctique occidental disparaisse, ce qui devrait grandement nous inquiéter. Si l’une de ces deux calottes glaciaires s’effondre, le niveau de la mer augmentera de huit mètres. Si les deux disparaissent, le niveau de la mer augmentera alors de 16 mètres.

C’est donc dire que les cibles à long terme définies dans l’Accord de Paris sont importantes, extrêmement importantes même. À Paris, Catherine McKenna a déclaré que la cible établie précédemment par le gouvernement Harper était un minimum et que le nouveau gouvernement ferait mieux. Or, tout au long de 2016, la situation s’est détériorée. La cible fixée par le gouvernement Harper, qui est incompatible avec l’objectif de l’Accord de Paris, est maintenant devenue la cible du gouvernement Trudeau. La tarification du carbone était importante, certes, mais il a fallu faire des compromis politiques, car Rachel Notley avait besoin d’un pipeline, Christy Clark, du gaz naturel liquéfié et Justin Trudeau, d’un consensus pour la tarification du carbone.

Je pense encore que les libéraux ont de bonnes intentions, mais cela ne signifie pas qu’ils font du bon travail. En présence d’un trou, une règle très importante s’applique : si on veut en sortir, il faut arrêter de creuser. On entend souvent que l’environnement et l’économie vont de pair, ce qui devrait signifier qu’on peut investir dans les technologies propres et l’énergie renouvelable ainsi que stimuler l’économie en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Cela dit, cet argument ne s’applique plus au plan de lutte contre les changements climatiques des libéraux, car le remède qu’ils proposent ne soulage pas efficacement le mal.

Même si le projet de pipeline Trans Mountain a été approuvé par le Cabinet et que le premier ministre a le culot d’affirmer que cette approbation est fondée sur des faits et des preuves, les habitants de la Colombie‑Britannique ne sont pas dupes. Les gens des collectivités côtières savent qu’ils sont en présence d’une catastrophe en puissance lorsque du bitume dilué circule dans des pipelines et est ensuite pompé dans des navires pétroliers Aframax qui naviguent dans la mer des Salish, où la circulation maritime est élevée et les voies navigables, étroites. On n’a qu’à penser au désastre qui a touché la rivière Kalamazoo après le déversement de bitume dilué de 2010, attribuable à Kinder Morgan, pour savoir ce qui est en jeu. Le manque de connaissances scientifiques sur la façon dont le bitume dilué réagit en cas de déversement en eau libre signifie que le Plan de protection des océans n’est rien de plus qu’un vœu pieux.

Ceux qui s’attaquent aux libéraux en prétendant qu’ils prennent trop de mesure pour lutter contre les changements climatiques, c’est‑à‑dire Brad Wall et les membres du parti Wildrose de l’Alberta, des conservateurs, n’ont d’égal que ceux qui sont prêts à saluer les médiocres efforts de lutte contre les changements climatiques, comme si nous avions le luxe de prendre tout notre temps.

Le temps presse; il faut un remède plus puissant pour lutter contre le mal qui nous afflige.

Print this page

Share

Comment vous pouvez aider

Suivez moi

facebook-icon Facebook Twitter YouTube Digg

S'inscrire au bulletin


Découvrez comment appuyer Elizabeth May dans son travail au Parlement ALT
Green Party Logo

Bureau de circonscription

1-9711 rue Fourth
Sidney (C.-B.)  V8L 2Y8

Tél: 250-657-2000
800-667-9188
Télec: 250-657-2004

Courriel: elizabeth.may.c1a@parl.gc.ca

Bureau d'Ottawa

518 Confederation
Chambre des communes
Ottawa (ON)  K1A 0A6

Tél: 613-996-1119
Télec: 613-996-0850

Courriel: elizabeth.may@parl.gc.ca

Emplois et Bénévolat

Cliquez ici pour les dernières opportunités