Elizabeth May publie son évaluation des premiers six mois de l’administration Trudeau

(OTTAWA) – Le nouveau gouvernement de Justin Trudeau a été élu le 19 octobre et a prêté serment le 4 novembre 2015. Aujourd’hui, marque les six premiers mois de l’administration Trudeau. Il est trop tôt pour décerner des notes concluantes en matière de respect ou de bris des promesses électorales, mais il n’est pas trop tôt pour récapituler et évaluer les tendances de son administration à y arriver.

Le classement du nouveau gouvernement doit commencer par une explication du contexte de notre évaluation. Juger la performance du gouvernement Trudeau par rapport au précédent gouvernement serait de placer la barre trop basse. Le Parti vert n’a jamais fait un bulletin de notes pour l’administration Harper, parce qu’une chaîne de notes E pour d’échec peut difficilement servir d’outil de mesure. Plutôt, nous avons surveillé, fait rapport et avons pressé les Canadiens d’agir contre le dernier gouvernement.

Mais aujourd’hui, nous entrons dans un nouveau territoire et avons besoin de nouveaux outils de mesures. Il faut le dire : l’administration Trudeau a un grand potentiel. En dépit de notre ferme conviction que le Parlement et le Canada ont besoin de plus de députés verts, nous espérons que l’administration libérale agira dans l’intérêt du Canada et des générations futures. Les enjeux auxquels nous faisons face comme pays sont trop cruciaux pour nous opposer aveuglément à ce nouveau gouvernement.

Nous mesurons le rendement de l’administration Trudeau par rapport aux promesses du programme libéral et au discours du Trône. Le Parti vert publiera un bulletin d’évaluation tous les 6 mois jusqu’aux élections d’octobre 2019.

Démocratie : incomplet

Progrès impressionnants quand il s’agit de réduire les pouvoirs du Bureau du Premier Ministre. Transparence sans précédent des lettres de mandat aux ministres. Importante rechute de la tendance du précédent gouvernement à écarter les plus petits partis. Dans leurs directives, les députés libéraux des comités permanents ont été avisés d’adopter la même proposition que les Conservateurs qui vise à supprimer les droits des plus petits partis et des indépendants.

Climat : incomplet

Note parfaite pour la direction de la COP21 de Paris. Bon début à la réunion avec les premiers ministres. Mais la faible cible sur le climat du précédent gouvernement reste en vigueur. Budget amoindri sur le climat. Tous retards sont dangereux.

Loi environnementale : incomplet

Le gouvernement aurait dû stopper rapidement l’éviscération des lois environnementales causée par les projets de loi budgétaires omnibus, C-38 et C-45. Mais les versions postent C-38 et C-45 de la Loi sur les pêches, de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale et de la Loi sur la protection des eaux navigables font encore lois au pays. Plus longtemps que ces lois demeurent en vigueur, plus le risque de leur permanence est grand.

Dans d’autres domaines, comme les lois sur le travail et l’immigration, les modifications rétrogrades imposées par le précédent gouvernement ont été inversées. Plutôt que de réparer directement et de façon urgente les torts des projets de loi budgétaire omnibus, les trois ministres visés vont prendre leur temps pour les modifier de diverses façons. (Mise en garde : la communauté écologiste du pays est divisée sur la manière de procéder. Plusieurs préfèrent une longue consultation, en dépit des risques évidents).

Finance : incomplet

Le budget fédéral était un fourre-tout. Les engagements relatifs au financement des Autochtones, du logement, du transport collectif, des aqueducs et des eaux usées, au soulagement de la dette étudiante et au financement des aires marines protégées tiennent en partie les nombreuses promesses libérales. Mais le budget n’est pas à la hauteur du grand besoin pour l’action climatique. Comme le note le Directeur parlementaire du budget, ce budget n’assure pas la transparence financière des dépenses de l’état. À moins d’une correction dans le prochain budget de 2017, l’engagement de reconduire les subventions au secteur du gaz naturel liquéfié jusqu’à la fin de 2024 brise une promesse électorale de la dernière campagne.

Immigration : incomplet

Bien que la promesse d’accueillir 25 000 réfugiés syriens au Canada avant la fin de 2015 ait manqué, peu oseraient blâmer le nouveau gouvernement de prendre le temps requis pour bien faire les choses. Il n’y avait, il faut le dire, aucun système d’accueil de masse de réfugiés en vigueur avant l’élection. C’est impressionnant de voir des milliers de Canadiens ouvrir leur cœur (et leur portefeuille) pour apporter leur aide. Bien qu’il faille en faire beaucoup plus pour réparer les dégâts des 10 dernières années faits à nos lois sur l’immigration et les réfugiées, la modification de la loi C-24, qui prévoit une seule classe de citoyens (versus des citoyens réfugiés de 2e classe dans l’ancienne loi), est une excellente nouvelle.

Santé : incomplet

Le récent dé enregistrement par le gouvernement des pesticides non testés a fait peu de vague, mais cette initiative est applaudie par les Verts, tout comme la prochaine conférence nationale sur la maladie de Lyme. La lettre de mandat du ministre de la Santé mentionne l’idée de l’achat en gros de médicaments d’ordonnance pour faire baisser les prix, une mesure appuyée par le Parti vert. Mais de difficiles questions demeurent : la renégociation de l’accord sur la santé avec les provinces et la loi sur la légalisation de la marijuana.

Politique étrangère : incomplet

Une entrée en la matière médiocre lorsque l’administration Trudeau a approuvé la vente de véhicules blindés au régime répressif de l’Arabie Saoudite. La note pourrait être améliorée si la Canada ratifie le Traité de contrôle des armements, le protocole facultatif contre la torture ainsi que de mieux équilibrer notre rôle au Moyen-Orient en exigeant la protection des droits des Palestiniens.

Commerce : incomplet

Une bonne note sur cet enjeu dépendra de la forme que prendront les consultations nationales et des débats parlementaires sur l’accord sur le partenariat transpacifique (PTP) et l’Accord économique et commercial global (AECG). Les Verts vont continuer de s’opposer aux deux ententes, qui prônent un régime de protection des droits des entreprises et une réduction de souveraineté nationale. Le Parti vert veut quand même féliciter la nouvelle ministre pour avoir interjeté l’appel du Canada contre la décision d’arbitrage antidémocratique en faveur de Bilcon, une société américaine, prise en vertu du chapitre 11 de l’ALENA.

Justice pour les Autochtones, Premières nations, Métis et Inuits : incomplet

Respect d’engagements de dépenses de 8,4 G$ avec l’approbation de Perry Belgarde, chef de l’Assemblée des premières nations; mais il reste encore beaucoup à faire. Il n’y a pas de fond pour les services à l’enfance et pas assez pour la prévention du suicide.

Mais, plus important que l’argent reste la promesse du gouvernement de vérité, de justice et de réconciliation fondée sur une relation de nation à nation. Toute approbation par ce gouvernement de projets comme le barrage hydro-électrique du site C sur la rivière Peace en Colombie-Britannique, qui viole les droits fondamentaux issus de traités ou les droits constitutionnels inscrits, sera un bris fondamental du début prometteur des Libéraux dans le domaine de la justice pour Autochtones, Premières nations, Métis et Inuitsdu pays.

Justice : incomplet

Bonnes décisions d’abandonner les appels interjetés par les précédents gouvernements. Bien que le projet de loi sur l’aide médicale à mourir soit faible dans de nombreux points clés, il constitue un pas vers l’avant. Les Verts feront pression pour obtenir des amendements au projet de loi.

Pêches : incomplet

C’est une bonne nouvelle d’avoir mis 40 M$ pour la réembauche de scientifiques en pêcheries. Comme nous l’avons noté plus haut, il y a un besoin urgent de réparer la Loi sur les pêches pour protéger l’habitat du poisson, de la mise en œuvre des recommandations de la commission Cohen sur le contrôle de l’aquaculture et de Vision sur la pêche récréative en Colombie-Britannique.

Agriculture : incomplet

Il n’y a pratiquement rien dans le programme ni dans le discours du Trône sur l’agriculture. Nous espérons que l’administration Trudeau va décider d’examiner les questions de l’aide aux fermes familiales, à l’agriculture locale et à la sécurité alimentaire.

Transports : incomplet

Besoin urgent d’une règlementation appropriée et de zones d’exclusion pour le transport de gaz naturel liquéfié par navires-méthaniers et d’approuver les trajets maritimes avant d’approuver les projets de terminaux méthaniers. Besoin d’améliorer les règlements sur la sécurité ferroviaire et de restaurer la Loi sur la protection des eaux navigables. Besoin d’appuyer le service aux passagers de Via Rail dans l’ensemble du pays.