La population canadienne a besoin de réponses : Des parlementaires lancent une enquête sur les contrôles de bien-être

Cliquez ici pour écouter la conférence de presse en français.

08 juillet 2020

OTTAWA – Suite à une vague de décès dans tout le Canada aux mains des forces de l’ordre dans les le cadre des « contrôles de bien-être », des parlementaires ont annoncé qu’une enquête sera menée au Sénat.

La sénatrice Kim Pate et la chef parlementaire des Verts Elizabeth May, rejointes par la députée de Fredericton Jenica Atwin, se sont adressées aux médias lors d’une conférence de presse à Ottawa. L’impulsion de l’enquête est une initiative de Judith Sayers, présidente du conseil tribal Nuu-chah-nulth. Chantel Moore, l’une des femmes autochtone récemment assassinées, était membre de la nation Nuu-chah-nulth qui venait de s’installer à Edmundston au Nouveau-Brunswick.

« Au nom de la famille de Chantel Moore et du conseil tribal Nuu-chah-nulth, j’ai rencontré le ministre Bill Blair pour demander la création d’un groupe de travail spécial sur l’utilisation des contrôles de bien-être et sur la manière dont nous pouvons les améliorer. Il n’était pas intéressé par un groupe de travail dont l’objectif serait de modifier la loi sur la police avec l’Assemblée des Premières Nations (APN). Je lui ai dit que nous avions besoin d’actions immédiates comme des équipes d’information sur les traumatismes et il m’a répondu qu’il n’y avait pas de budget disponible pour un tel projet. Je suis très heureux que le Sénat puisse trouver un moyen de faire avancer les choses. Il est urgent que nous fassions en sorte que les « contrôles de bien-être » soient plus sécuritaire », a déclaré la présidente Nuu-chah-nulth Judith Sayers.

Le Sénat est actuellement en vacances. « Les proches des victimes et la population ont besoin de réponses. Si le l’enquête en cours n’est pas terminée ou est inadéquate à la rentrée en septembre, beaucoup d’entre nous s’efforceront sans doute de faire en sorte qu’une enquête plus complète soit lancée en priorité », a déclaré la sénatrice Kim Pate. « Les comités du Sénat ont le pouvoir d’initier des enquêtes et d’obliger des individus à témoigner. Les récents décès de Chantel Moore, Regis Korchinski-Paquet, D’Andre Campbell, Ejaz Ahmed-Choudry et Rodney Levi soulèvent des questions sur le racisme systémique. »

« L’actuelle pandémie de santé a exacerbé la pandémie préexistante de racisme, sans parler de l’insuffisance de nos systèmes sociaux, économiques et sanitaires. Pendant des décennies, au lieu de remédier à ces problèmes, nous avons abandonné les personnes souffrant de problèmes de santé mentale à la rue et au système judiciaire pénal. Il est grand temps de reconsidérer notre renoncement aux questions croisées d’ethnie, de classe sociale et de santé mentale, y compris les attentes qui en découlent et le rôle de la police dans la réponse et le traitement des problèmes de santé mentale. Trop de personnes autochtones, noires et racisées sont craintives et en deuil. L’ensemble de la population canadienne exige des réponses et des actions. »

Soutenant le travail du Sénat pour une enquête, la sénatrice Yvonne Boyer, membre du caucus autochtone, a ajouté : « Que ce soit avec la tragédie de Chantel Moore, les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, la traite des femmes et des filles autochtones ou la stérilisation forcée, le consensus est écrasant. Il existe un manque de confiance considérable et justifié dans les institutions chargées de protéger les Premières Nations et toute la population canadienne. Le système a besoin d’une refonte avec un mécanisme de contrôle externe pour éviter ces décès inutiles lors des contrôle du bien-être. »

« Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a demandé au bureau des enquêtes indépendantes (BEI) du Québec de mener l’enquête sur la mort des deux personnes autochtones tuées en juin dans la province. Le BEI stipule qu’il faudra au moins un an avant d’obtenir des réponses », a déclaré la députée de Fredericton Jenica Atwin. « C’est beaucoup trop long. Je veux savoir quel rôle le racisme systémique et/ou la misogynie ont joué dans ces décès. Nous avons besoin de réponses. Aucune mère ne devrait devoir attendre un an – ou plus – pour savoir comment sa fille a fini par être tuée par cinq balles. »

En conclusion, Elizabeth May a déclaré : « Il existe de nombreux niveaux d’inquiétude concernant l’interaction entre le soutien à la santé mentale et l’application de la loi. Si le gouvernement change de cap et décide de prendre en charge cette enquête, nous nous en féliciterons. En attendant, les parlementaires s’engagent à trouver des solutions et à sauver des vies. »

# # #

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue :

Debra Eindiguer

613-240-8921

[email protected]

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916, poste 204

[email protected]