Les Verts demandent un débat d’urgence sur la COVID-19

20 novembre 2020

OTTAWA – Alors qu’une nouvelle modélisation fédérale montre que, sans une réponse plus forte, les cas de COVID-19 au Canada pourraient atteindre plus de 60 000 par jour, le Parti vert demande un débat d’urgence à la Chambre des communes sur la réponse du gouvernement à la pandémie.

Dans une lettre adressée au président de la Chambre Anthony Rota, la chef parlementaire des Verts Elizabeth May (députée de Saanich-Gulf Islands) a déclaré qu’il ne fait aucun doute que la situation actuelle constitue une urgence nationale nécessitant un examen urgent.

« Nous devons admettre, sans partisanerie ni blâme, que le Canada doit revoir son approche et apprendre des autres juridictions », a déclaré Mme May. « Notre réponse a été entravée par des conflits entre juridictions. Nous devrions débattre de ce que l’Australie, l’Allemagne et la Suisse ont fait pour passer à un niveau de coordination entre et parmi les juridictions. »

À la Chambre des communes ce matin, le président a rejeté la demande de débat d’urgence, mais la chef du Parti vert Annamie Paul a déclaré que les Verts continueront à faire pression pour la création d’un groupe de travail intergouvernemental sur la COVID-19 dirigé par des responsables de la santé afin de coordonner une réponse nationale à une crise sanitaire qui échappe à tout contrôle.

« L’état des lieux que le Dr Tam nous a donné, à moi et aux autres chefs de parti, hier, était extrêmement préoccupant », a déclaré Mme Paul. « Je constate un manque de collaboration et de coordination à tous les niveaux du gouvernement. »

« Alors que la population canadienne fait face aux longs mois d’hiver avec plus de temps passé à l’intérieur, que les vacances de Noël approchent et qu’une forte deuxième vague est déjà en cours, nous devons revoir notre approche et apprendre des autres juridictions qui ont réussi à freiner la propagation.»

Le Parti vert a proposé que le groupe de travail intergouvernemental pour la COVID-19 soit composé de responsables de la santé de chaque niveau de gouvernement et de juridiction mandatés pour développer (entre autres mesures) :

Des seuils nationaux qui déclenchent des directives prédéterminées
Des messages coordonnés sur l’utilisation des équipements de protection individuelle (EPI)
Un système de codage national unifié
Des protocoles nationaux de test et de traçage
« Nous devons prendre toutes les mesures possibles pour éviter les nouvelles projections les plus catastrophiques », a déclaré Mme Paul. « À cette fin, l’Agence de la santé publique du Canada a déclaré qu’une réponse plus énergique est nécessaire dès maintenant pour ralentir la propagation de la COVID-19. Un effort national coordonné est essentiel pour y parvenir. »

# # #

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue :

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916×206

rosie.emery@partivert.ca