Le Parti vert appelle à la concentration et à la coopération alors que les députés reviennent au Parlement

Le 24 janvier 2021

OTTAWA — Alors que le Parlement entame une nouvelle session lundi, le Parti vert du Canada rappelle aux députés que les Canadiens comptent sur eux pour rester concentrés. Les besoins urgents de la population, et non pas une quelconque prise de position préélectorale, doivent être notre priorité.

« Malheureusement, l’esprit de collaboration entre les partis qui a permis d’apporter du soutien essentiel aux Canadiens a disparu », déclare la chef du Parti vert, Annamie Paul. Malgré la promotion d’une approche « Équipe Canada » pour lutter contre la pandémie, le premier ministre n’a pas invité les autres chefs de parti depuis des mois à une réunion d’information COVID-19. Cela a empêché les partis de présenter au public un front uni qui aurait renforcé la confiance en cette période critique.

» Et si la collaboration n’exclut pas une opposition saine et nécessaire au sein du Parlement, elle empêche le genre d’acrobatie politique inutile dont on a été témoin à plusieurs reprises lors de la dernière session. N’oublions pas que nous sommes toujours en pleine pandémie. Qu’il s’agisse d’achat et de distribution de vaccins ou de diffusion de messages, la politique ne doit pas s’immiscer dans la stratégie COVID-19 du Canada.

» Au début de cette nouvelle session, nous constatons que le gouvernement s’éloigne de plus en plus de la promesse du premier ministre de « continuer à faire tout ce qu’il faut, aussi longtemps qu’il le faudra, pour combattre la COVID-19 et protéger les Canadiens et Canadiennes pendant la crise sanitaire. » Qu’il soit question d’indemnités de maladie, d’une stratégie de soins de longue durée (SLD), d’un régime universel d’assurance médicaments, de soins dentaires ou d’une aide aux étudiants, le caucus vert veillera à ce que le gouvernement respecte son engagement.

» Le gouvernement du Canada n’a pas réussi à résoudre la crise humanitaire dans les soins de longue durée, ou SLD. Le Canada affiche le pire bilan en matière de protection des résidents en établissements de SLD pendant cette pandémie, à tel point qu’on parle géronticide. Des centaines de foyers de soins ont été touchés et des milliers de personnes y sont mortes de la COVID. Il est donc impérieux que le premier ministre convoque une réunion des premiers ministres du Canada pour convenir d’un plan d’action urgent afin de mettre en œuvre les recommandations claires et réalisables qui, selon les experts, sauveront des vies dès maintenant, ce que le Parti vert a d’ailleurs formulé. En tant que responsable de la santé et la sécurité des gens du Canada, le premier ministre doit faire preuve de leadership.

» Dans le cas de la prestation canadienne d’urgence (PCU), le gouvernement admet avoir commis une erreur fondamentale, mais refuse de la corriger, faisant plutôt porter le fardeau par les bénéficiaires vulnérables. En décembre, il a reconnu avoir communiqué des informations erronées sur l’admissibilité des demandeurs. Malgré cela, et en pleine pandémie, le premier ministre insiste sur le fait qu’il est hors de question d’annuler les demandes de remboursement. Les bénéficiaires qui n’ont pas gagné 5000 $ bruts l’année précédente doivent rembourser le montant total (jusqu’à 14 000 $).

» Les députés du Parti vert entendent les électeurs dire qu’ils n’ont aucun espoir de rembourser le montant que le gouvernement exige. Ils craignent le pire et sont dépassés par cette situation, mais le gouvernement n’en démord pas. De son côté, le Parti vert demande au gouvernement de faire ce qui s’impose et de confirmer à ces bénéficiaires de bonne foi qu’ils ne seront pas tenus de rembourser cette PCU.

» Cette débâcle de la PCU montre bien qu’une série de mesures vite faites aura toujours pour conséquence de laisser des gens sans soutien. Le Parti vert a soutenu les prestations d’urgence et les projets de réforme de l’assurance-emploi, mais il souligne la nécessité d’une prestation permanente universelle. La pandémie a plus que démontré le bien-fondé d’un revenu de subsistance garanti, ce que le Parti vert préconise depuis 2006 et que le caucus libéral a désigné comme sa principale priorité politique.

» Le plan climatique du gouvernement libéral et la législation introduite l’automne dernier ne suffisent tout simplement pas, en ce sens qu’ils ne permettront pas au Canada de respecter ses obligations climatiques de Paris. Le Canada continue de prendre du retard dans la course mondiale vers une économie verte alors que des pays comme les États-Unis vont de l’avant dans la planification de la leur. Mme Paul trouve frustrant de voir que les travailleurs des champs pétrolifères sont laissés pour compte pour la simple raison que le gouvernement ne parvient pas à faire ce qu’il faut pour assurer leur avenir.

» La semaine dernière, le président Joe Biden a fait preuve d’un leadership décisif en matière de climat. Il est maintenant temps pour le gouvernement fédéral de montrer qu’il se soucie de protéger le climat et l’avenir des travailleurs canadiens. Le Parti vert a été le premier à proposer une frontière nord-américaine du carbone pour justement protéger les travailleurs et les entreprises du Canada. Notre parti est le seul sur la scène fédérale à s’engager à mettre fin à la fracturation hydraulique, aux nouveaux pipelines et aux projets d’exploration pétrolière et gazière pour plutôt investir dans les énergies renouvelables, les infrastructures vertes et les technologies propres, un secteur dont la valeur globale est estimée à 3000 milliards de dollars d’ici 2030.

« Enfin, le Parti vert réitère son appel au premier ministre pour qu’il convoque un groupe de travail intergouvernemental COVID-19 afin de coordonner une réponse nationale à la plus grande crise sanitaire que le Canada ait connue depuis plus d’un siècle. »

« Dès le premier jour, le président Joe Biden a nommé un coordonnateur national COVID-19 pour lancer une réponse nationale unifiée, car il a reconnu qu’une approche et une feuille de route coordonnées étaient absolument nécessaires pour donner de bons résultats », déclare Mme Paul. Pourtant, le Canada n’a pas de coordonnateur national, pas de stratégie nationale et pas de feuille de route. Dans tout le pays, les travailleurs de première ligne et les associations médicales ont tiré la sonnette d’alarme sur le dangereux manque de collaboration et de coordination entre les différents ordres de gouvernement et ont supplié le fédéral d’intervenir. Quant au Parti vert, il réitère les mêmes demandes depuis des mois et continuera à faire pression pour qu’un tel groupe de travail soit convoqué. »

Mme Paul conclut sur ces mots : « Alors que cette session parlementaire commence, je tiens à dire aux Canadiens et Canadiennes que le leadership et l’ambition ont leur place dans nos politiques. Nous, les verts, savons ce qui doit être fait et comprenons que le Canada a la chance de sa vie en ce moment. Tout ce qui manque c’est le leadership politique. »

 

# # #

 

Pour renseignements ou entrevue :

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916, poste 206

rosie.emery@partivert.ca