Les verts soulignent les sacrifices consentis

La chef du Parti vert Elizabeth May, députée de Saanich-Gulf Islands, souligne aujourd’hui l’anniversaire du jour J ou jour du débarquement des troupes alliées sur les plages de Normandie, en France, dont l’objectif était d’établir une tête de pont sur le flanc occidental des puissances de l’Axe. Le succès de cette opération militaire fut le prélude à la libération de la France et de
l’Europe de l’Ouest.

« Les Canadiens ont joué un rôle d’une importance cruciale dans les débarquements du jour J, ce que nous ne devons jamais oublier et dont nous devons toujours être fiers », a déclaré Mme May. « Tant de gens ont fait le sacrifice ultime pour combattre la dictature et l’agression nazies. Nous leur devons de protéger les valeurs et les traditions pour lesquelles ils se sont battus – notamment notre
démocratie — et travailler à bâtir un monde plus pacifique. »

Le jour J, 14 000 jeunes Canadiens ont pris d’assaut la plage Juno; la bataille a coûté la vie à 340 Canadiens et en a laissé 574 autres blessés. Le célèbre historien britannique John Keegan, auteur de Six Armies in Normandy, a écrit ceci concernant le jour J et la 3e Division canadienne : « [traduction] À la fin de cette journée, l’avant‑garde avait pénétré plus avant en France qu’aucune autre division. L’opposition rencontrée par les Canadiens sur la plage Juno fut plus violente que sur les autres plages, Omaha mise à part. La nation tout entière peut tirer une grande fierté de cet exploit. »

Plus d’un million de Canadiens, hommes et femmes, ont porté l’uniforme. La plupart sont allés à la guerre volontairement, même si l’Allemagne nazie, l’Italie et le Japon ne représentaient pas un danger imminent pour le Canada. Les débarquements du jour J étaient la manifestation la plus évidente de la solidarité des Canadiens avec le reste du monde.

« Martin Luther King a dit qu’un homme qui ne veut pas sacrifier sa vie pour une cause n’est pas digne de vivre », a déclaré John Percy, porte‑parole du Parti vert, Anciens Combattants. « Notre liberté n’a pas été obtenue gratuitement. Elle a été payée au prix du sang versé d’une génération que nous pouvions difficilement nous permettre de perdre, le sang des enfants de la nation.