Les Verts se mobilisent pour le climat: Elizabeth May présente le projet de loi C-484

La chef du Parti vert du Canada et députée de Saanich—Gulf Islands Elizabeth May ainsi que deux des candidats de proue du Parti vert aux élections provinciales de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver et Adam Olsen, se tiennent prêts à agir dans la lutte contre les changements climatiques et à présenter des solutions vertes pour la Colombie-Britannique et pour le Canada.

Hier en Chambre, Mme May déposait son projet de loi d’initiative privée C-484 dans le but d’amender la réglementation sur les émissions de gaz à effet de serre issues des centrales thermiques alimentées au charbon adoptée à la fin de l’année dernière. « Ce projet de loi est exactement ce que les Conservateurs de Harper auraient dû faire s’ils se préoccupaient vraiment des changements climatiques », a dit Mme May. « Malgré ses nombreux points de discussion, Peter Kent a plié sous le poids de l’influence des sociétés d’énergie et affaibli la réglementation déjà peu ambitieuse qu’il proposait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’électricité au charbon. C-484 prouve qu’ils pourraient facilement améliorer cette réglementation s’ils voulaient effectivement le faire. »

Cette nouvelle réglementation, abondamment critiquée et complètement inadéquate, vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre issues de la combustion du charbon pour produire de l’électricité, mais contient de graves lacunes, comme une période de grâce de 50 ans pour les centrales construites après 1986. Le projet de loi C-484 insistera pour que toutes les centrales thermiques alimentées au charbon au Canada respectent la nouvelle norme de rendement fixée à 375 tonnes de CO2 par gigawattheure (t/GWh) d’ici 2025 – une norme d’émission initialement proposée par Peter Kent.

« Le dirigeant d’une société d’énergie qui décidait de bâtir une nouvelle centrale alimentée au charbon au cours des dernières décennies prenait un risque calculé; les faits entourant le phénomène des changements climatiques étaient déjà bien connus », a rappelé Mme May. « Ce projet de loi, qui propose une solution de rechange responsable à nos sources d’énergie les plus sales, est conforme aux exigences de la science et laisse suffisamment de temps au Canada pour lui permettre de transférer progressivement sa capacité de production de base vers des sources d’énergie plus propres. »

« Comment pouvons-nous espérer que d’autres pays comme la Chine, l’Inde ou les États-Unis cessent de brûler du charbon, alors que nous ne sommes même pas en mesure de le faire? Cessons d’être hypocrites », a dit Adam Olsen, candidat du Parti vert dans Saanich-Nord et les Îles. « Le projet de loi d’Elizabeth propose de commencer chez nous. C’est la seule avenue valable pour notre économie et pour notre environnement. »

« Le Canada, avec son PIB élevé et son abondance de sources d’énergie renouvelables, devrait être un chef de file naturel en matière de production d’énergie propre », a ajouté Andrew Weaver, candidat du Parti vert dans Oak Bay-Gordon Head et un des plus éminents climatologues canadiens. « Le projet de loi d’initiative privée d’Elizabeth May constitue un premier pas important dans cette transition essentielle pour le Canada vers une économie prospère, faible en carbone. »