May dépose une pétition sur le logement

Le lundi 28 novembre 2011, la députée Elizabeth May déposera une pétition sur le logement abordable à la Chambre des communes. Mme May ainsi que la nouvelle conseillère élue à la Ville de Vancouver, Adriane Carr, unissent leurs voix pour attirer l’attention sur ce dossier. « La crise du logement ne cesse de prendre de l’ampleur au Canada. Plus de 250 000 personnes au pays n’ont pas de logement, tandis que plus de trois millions d’autres peinent à joindre les deux bouts pour conserver leur foyer. Le gouvernement fédéral doit absolument prendre des mesures concrètes pour améliorer la situation », a dit May.

D’après le Wellesley Institute, le Canada comptait entre 150 000 et 300 000 sans-abris visibles et entre 450 000 et 900 000 sans-abris invisibles en 2010; pendant ce temps, 1,3 million de ménages habitaient un logement insalubre nécessitant de nombreuses réparations et 3,1 millions de ménages résidaient dans un logement considéré inabordable (30 % ou plus du revenu avant impôt).

La pétition présentée par May demande au gouvernement du Canada de créer un programme national de logement abordable et de réformer le régime fiscal de manière à offrir des avantages fiscaux à ceux et celles qui investissent dans les logements locatifs pour la construction, l’entretien et la modernisation des logements locatifs abordables.

« Le gouvernement fédéral doit considérer toutes les mesures qui pourraient maximiser l’abordabilité du marché des logements locatifs », a dit May.

« Le marché des logements locatifs et de l’immobilier a connu une flambée des prix sans précédent, à un point où la pénurie de logements abordables met en péril l’habitabilité de Vancouver. Étant donné que Vancouver affiche un des taux d’inoccupation les plus bas au Canada, le loyer moyen le plus élevé au Canada (1181 $ par mois) et une dépendance aux condos locatifs qui, d’après la SCHL [Société canadienne d’hypothèques et de logement], se louent entre 45 % et 60 % plus cher que les logements construits spécialement à des fins de location, il est clair que nous avons besoin d’incitatifs fiscaux fédéraux dès maintenant pour soutenir la construction et l’entretien d’un parc de logements abordables » a dit Adriane Carr.