« Teck a dû faire face à la réalité. La véritable urgence est l’urgence climatique », déclare le Parti vert

25 février 2020

OTTAWA – L’abandon abrupt de Teck Resources de l’immense projet de mine de sables bitumineux à ciel ouvert a déclenché un débat d’urgence à la Chambre des communes aujourd’hui. Le Parti vert du Canada est heureux, mais pas surpris que le projet ait été abandonné par son promoteur. Les conditions économiques ont changé de façon spectaculaire au cours des neuf années qui se sont écoulées depuis que le projet a été proposé. Le prix du pétrole est passé de 95 dollars le baril en 2011 à 55 dollars le baril en 2020. Il est peu probable que le prix du pétrole se rétablisse étant donné que le marché reflète un fort désir d’action climatique. De grandes entreprises comme J. P. Morgan Chase, Goldman Sachs, Equinor et Blackstone se désinvestissent et se diversifient en s’éloignant des combustibles fossiles.

« Les Canadiens et les Canadiennes n’éprouvent aucun désir pour les nouveaux méga-projets de combustibles fossiles pendant une urgence climatique », a déclaré le député vert Paul Manly (Nanaimo-Ladysmith). « Il est temps que le gouvernement de l’Alberta commence à penser à autre chose qu’aux sables bitumineux. Il doit s’efforcer de réorienter son économie au lieu de fonder tous ses espoirs et ses rêves sur les combustibles fossiles à l’heure de la crise climatique. Les Albertains sont des gens intelligents et innovants. Ils ont besoin du soutien de leur gouvernement pour amorcer cette transition économique. »

M. Manly a souligné que les Premières Nations acceptent souvent ces projets en raison d’un manque de ressources de base fondamentales dans leurs communautés. Dans une entrevue au Globe and Mail, le chef Allan Adam de la nation de Fort Chipewyan a déclaré ceci à propos de sa décision d’accepter le projet Teck Frontier. « Nous nous battons contre l’industrie depuis combien de temps ? Et nous avons dépensé bien plus d’un million de dollars en frais de justice sans rien de tangible en retour… Alors que suis-je censé faire ? Suis-je censé continuer à me battre en tant que chef pendant que d’autres ne disent rien et ne font rien ? Je ne veux pas faire cela. Je ne voulais pas prendre cette décision mais je n’avais pas le choix. Je devais m’assurer que ma nation était protégée et que notre peuple allait en bénéficier pour l’avenir. »

D’autres Premières Nations, comme la Première Nation de Smiths Landing, n’ont pas été consultées parce qu’elles se trouvent de l’autre côté de la frontière entre l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest. Néanmoins, elles vivent en aval et auraient donc été sérieusement touchées si la mine Teck avait été mise en exploitation.

« L’arithmétique du respect de nos engagements de Paris est un exercice de soustraction et non d’addition », a déclaré la chef parlementaire du Parti vert, Elizabeth May (députée de Saanich-Gulf Islands). « Nous ne pouvons pas ajouter une seule tonne de carbone supplémentaire à l’atmosphère sans mettre en danger l’avenir de nos enfants. »

« Les changements climatiques représentent une réalité scientifique et ne devraient pas être utilisés comme un ascenseur politique », a déclaré Jo-Ann Roberts, chef intérimaire du Parti vert. « Les marchés financiers nous disent qu’il est temps de prendre des mesures significatives pour le climat et il incombe à tous les acteurs politiques de voir comment nous pouvons y parvenir le plus efficacement possible. Nous devons prendre des mesures énergiques à l’égard de notre industrie des ressources qui garantiront une économie propre, dynamique et saine pour toute la population. Une discussion polarisée n’est pas productive. L’heure est à la collaboration et à un véritable leadership .»

# # #

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue :

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916×206

rosie.emery@partivert.ca