Pêches et Océans : abolir les postes d’abord, consulter après?

Dans la foulée de l’annonce de la suppression d’un grand nombre de postes dans la fonction publique, y compris 250 postes au ministère des Pêches et des Océans, les conservateurs de Harper annonçaient aujourd’hui la tenue de consultations au cours de l’été sur la Loi sur les pêches fraîchement éviscérée.

« De toute évidence, les conservateurs de Harper foncent toutes voiles dehors avec leurs plans visant à favoriser le développement, quel qu’il soit, au détriment de la protection de l’environnement; vraiment, j’ignore pourquoi ils s’encombrent d’un processus de consultation », a dit la chef du Parti vert du Canada et députée de Saanich—Gulf Islands Elizabeth May.

Le ministère des Pêches et des Océans (MPO) a fait l’objet de compressions draconiennes, y compris l’abolition d’un groupe de recherche en toxicologie au Nouveau-Brunswick chargée de surveiller les toxines marines.

« À elle seule, ma circonscription a perdu neuf chercheurs, dont le spécialiste des mammifères marins de renommée internationale Peter Ross; l’abolition du programme du Ministère sur les contaminants envoie un signal clair et inquiétant selon lequel la pollution marine n’a plus aucun intérêt pour les conservateurs de Harper », a dit May.

« Désormais, plus personne n’assurera la surveillance des toxines marines, y compris celle issue de l’industrie de l’aquaculture », a ajouté la porte-parole des verts en matière de pêches, Janice Harvey. « On peut certainement parler d’indifférence à l’égard de la gestion des écosystèmes. Vouloir protéger certaines espèces de poissons parce qu’elles servent à des fins récréatives ou commerciales en ignorant les autres démontre un manque de compréhension criant pour le fonctionnement des écosystèmes marins. »

À l’heure actuelle, près de 4000 fonctionnaires attendent de savoir s’ils perdront leur emploi.

Le Ministère a été contraint de fermer 48 bureaux de gestion de l’habitat dans l’ensemble du Canada. « La mise à pied de tous ces scientifiques fait en sorte qu’il ne restera plus personne pour sonner l’alarme lorsque l’habitat subira des dommages », a déploré Harvey.

Le ministre Keith Ashfield a affirmé que le processus de consultation qui sera lancé au cours de l’été vise à déterminer la marche à suivre pour mettre en œuvre les changements apportés à la Loi sur les pêches.

« On peut difficilement parler de mise en œuvre de changements – ces changements ont vidé toute la loi de sa substance. Peut-être la mise en œuvre consiste-t-elle à trouver les meilleurs moyens d’accélérer davantage le processus d’extraction des ressources? En tout cas, une chose est sûre, il ne s’agit pas de protéger les poissons », a dit May.