Le Premier ministre a le pied sur l’accélérateur qui mène à l’enfer climatique