Les verts réclament un débat d’urgence sur les variants de la COVID

01 février 2021

OTTAWA — Le Parti vert du Canada réclame un débat d’urgence sur la réaction du gouvernement face à l’émergence au Canada de variants de la COVID-19. Des rapports médicaux de par le monde indiquent que les variants de la COVID-19, principalement identifiées au Royaume-Uni (connus sous le nom de B.1.1.7), en Afrique du Sud (connus sous le nom de B.1.351) et au Brésil et au Japon (connus sous le nom de P.1), se transmettent beaucoup plus facilement.

« Le Parti vert a toujours demandé une stratégie nationale ainsi qu’un groupe de travail sur la COVID-19 chargé de coordonner une réponse nationale unifiée. Maintenant que la propagation de ces nouveaux variants menace d’exploser de façon exponentielle, il est crucial de se réunir pour y faire face », déclare la chef du Parti vert, Annamie Paul. « Il ne faut surtout pas sous-estimer l’urgence de la situation. Compte tenu des récents obstacles à la vaccination, nous devons faire preuve d’encore plus de vigilance. En fait, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que ce virus mortel fasse d’autres victimes et que nos systèmes de santé soient débordés. »

Les députés verts s’inquiètent qu’on prenne des mesures pour assouplir les restrictions alors même que les responsables fédéraux de la santé recommandent de maintenir sinon d’augmenter les mesures face aux nouveaux variants.

Le 31 janvier 2021, le député vert Paul Manly (Nanaimo-Ladysmith) a écrit à l’honorable Anthony Rota, président de la Chambre, pour demander la tenue d’un débat d’urgence sur cette question. Aujourd’hui, à la suite des procédures de routine, il formulera cette demande en personne.

« Le Canada devrait pouvoir déterminer les administrations qui ont le mieux réussi jusqu’à maintenant et utiliser ces exemples en vue d’élaborer des stratégies gagnantes et coordonnées dans tout le pays, suggère fortement M. Manly. D’après nous, il est urgent d’avoir un débat pour décider si le moment est bien choisi de s’éloigner de l’objectif « d’aplatir la courbe » pour passer à zéro cas, ou le plus possible de zéro. »

# # #

Pour renseignements :

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916, poste 206

rosie.emery@partivert.ca