Loi sur la croissance économique et la prospérité — Canada-Honduras

Elizabeth May : Monsieur le Président, je remercie sincèrement le député de Vancouver Kingsway d’avoir si clairement exposé les raisons pour lesquelles il s’agit d’un projet de loi et d’un accord commercial odieux.

Le pays avec qui cet accord commercial sera conclu était jusqu’à tout récemment dirigé par un chef démocrate et populiste qui a été victime d’un coup d’État. Même si le régime militaire présentement à la tête du pays viole les droits de la personne, les droits des peuples autochtones et les droits des travailleurs, le gouvernement semble empressé de conclure un accord avec ce pays, alors que seulement certaines régions du Canada en bénéficieraient.

J’aime mon pays, mais un tel accord inciterait les sociétés minières canadiennes à tirer avantage des droits des autochtones à l’étranger. Il conférerait à ces sociétés les types de droits que je ne souhaiterais pas que les sociétés d’État chinoises détiennent, soit le droit d’intenter des poursuites contre le Canada si nous renforçons nos lois. Cet accord nuirait à l’équité, à la démocratie, à la société civile et aux droits de la personne au Honduras.

Je supplie mon collègue et ami, le secrétaire parlementaire, de ne pas faire la promotion de cet accord.