Les Verts rappellent Harper et Mulcair à l’ordre

La chef du Parti vert du Canada Elizabeth May, déplore la position adoptée par Stephen Harper et Thomas Mulcair dans le dossier d’un système de taxe sur le carbone au Canada.

« Je suis profondément déçue de voir les chefs du Parti conservateur et du NPD s’insulter et s’accuser mutuellement de promouvoir une taxe sur le carbone au lieu de chercher des solutions à la crise climatique. Les conservateurs de Harper devront bien admettre un jour que l’accélération des changements climatiques constitue une menace pour nous tous. Le NPD de Mulcair doit affirmer clairement qu’instaurer une taxe sur le carbone pour favoriser d’autres sources d’énergie est la seule avenue possible. Voici ce que les gens attendent d’un chef : suffisamment de sagesse pour voir la situation dans son ensemble et suffisamment de courage pour mettre en œuvre une politique porteuse de vrais changements », a dit Mme May.

« Thomas Mulcair devrait avoir honte de baisser les bras au lieu de défendre la taxe sur le carbone. Voilà déjà quatre ans que la Colombie-Britannique s’est dotée d’une taxe sur le carbone sans incidence sur les recettes. Aux dernières nouvelles, l’économie de la province ne s’était pas effondrée. Sans compter que les gens de la Colombie-Britannique sont d’accord avec ce système. Quelqu’un doit se lever et soutenir la création d’une taxe sur le carbone. Seuls les verts le font », a conclu Mme May.

« Une taxe sur le carbone sans incidence sur les recettes, comme celle instaurée en Colombie-Britannique, permet en fait de réduire l’impôt des particuliers tout en attribuant un prix au carbone qui reflète le coût véritable de la pollution. Aujourd’hui, de grandes pétrolières comme Shell et Petro-Canada nous demandent d’attribuer un prix au carbone pour leur permettre de prendre des décisions et de faire des investissements rationnels », a ajouté le porte-parole des verts en matière d’affaires internationales, Eric Walton.