Les Verts préoccupés par le dernier rapport sur les émissions de gaz à effet de serre au Canada

17 avril 2020

OTTAWA – Le Parti vert du Canada est préoccupé par l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Canada pour 2018, comme le souligne le rapport d’inventaire national soumis aux Nations unies cette semaine par Environnement et changements climatiques Canada (ECCC). Le Canada a enregistré 729 millions de tonnes d’émissions de GES pour 2018, soit une augmentation de 15 millions de tonnes par rapport à 2017.

« Il est évident qu’en cette période sans précédent durant laquelle tous nos efforts doivent se concentrer sur la menace que représente la COVID-19 pour la santé humaine, il peut sembler inapproprié de soulever des préoccupations climatiques, » a déclaré la chef parlementaire des Verts Elizabeth May (députée de Saanich-Gulf Islands). « Cependant, cette nouvelle selon laquelle les efforts du Canada entrepris à la fin de 2018 sont en train d’échouer doit être signalée. Étant donné que les émissions ont augmenté en 2018, nos plans climatiques suite à la pandémie doivent être beaucoup plus agressifs. Nous devons maintenir notre approche collective face à la pandémie pour relever le défi climatique. Nous devons donner la priorité aux investissements dans une relance à faible intensité de carbone. »

ECCC est chargé d’élaborer et de communiquer des inventaires de GES fiables, précis et opportuns dans le cadre de ses obligations au titre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Mme May souligne qu’aux termes de l’accord de Paris, le Canada aurait dû soumettre un nouvel objectif d’émissions – connu sous le nom de contribution nationale déterminée (CND) – plus tôt cette année. « Même si la COP 26 a été reportée à 2021, l’objectif amélioré du Canada est prévu pour 2020. Le 9 février était la date limite pour que le Canada et les autres pays soumettent leur CND. Malheureusement, le Canada n’a pas respecté cette date limite et nous sommes maintenant au milieu d’une pandémie qui, on le comprend, fait appel à toutes nos ressources. Toutefois, pour être responsables et assumer notre juste part, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 60 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030. J’espère qu’une fois que nous serons en mesure de recentrer notre attention sur l’urgence climatique, tous les ministères redoubleront d’efforts pour intégrer une meilleure adaptation à la crise climatique dans leurs portefeuilles. »

Mission possible – Le plan d’action climatique du Parti vert trace une voie solide pour une transition juste et équitable vers une économie verte.

« Lorsque nous sortirons de cette pandémie et que les efforts de relance s’amorceront, un plan solide pour une transition énergétique juste et équitable sera essentiel, » a déclaré la chef par intérim du Parti vert Jo-Ann Roberts. « Cela offrira aux Canadiens une réelle opportunité de dynamiser le secteur de l’énergie propre, ce qui réduira considérablement nos émissions et nous permettra d’atteindre les objectifs fixés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Cette crise tragique nous a rappelé l’importance de la collaboration nationale et mondiale. Elle a également démontré la capacité des gouvernements à s’adapter et à faire preuve d’un leadership fort en situation de crise. Nous pouvons utiliser cette expérience comme un modèle pour aller de l’avant et proscrire nos anciennes méthodes. »

# # #

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue :

Rosie Emery

Attachée de presse

613-562-4916, poste 204

rosie.emery@partivert.ca